3 place de la Mairie
55100 Bras sur Meuse
03.29.84.51.59
Bras-sur-Meuse
Bras-sur-Meuse
Bras-sur-Meuse
Bras-sur-Meuse
  • Bienvenue
    26/01/2016
    La commune de Bras-sur-Meuse appartient à l’arrondissement de Verdun ...
Guerre avec la Prusse en 1870

Le 19 juillet 1870, Napoléon III déclare la guerre à  la Prusse. Le 24 août, l’ennemi est aux portes de Verdun qui va se retrouver assiégée. Les brigades de gendarmerie disséminées sur le territoire menacé d’invasion reçoivent l’ordre de se retirer à  l’approche de l’ennemi dans la « forteresse » la plus proche. Celles de l’arrondissement de Verdun se réunissent en ville¹ les rejoignent la brigade à  pied d’Apremont et la moitié des  brigades de Troyon et Villotte devant Saint-Mihiel sous les ordres de M. Pothé, capitaine de gendarmerie de la ville pendant le siège.  Dans un premier temps, la gendarmerie fait quelques reconnaissances aux abords de la place. Plus tard, on cesse d’exposer les gendarmes et on se contente de les employer au service de la police. Un poste de quatre hommes est installé à l’état-major de la ville et deux plantons sont placés à  chacune des portes de France et Chaussée, seules ouvertes pendant la guerre (5).

Le 10 octobre, le général prussien De Gayl prend le commandement et établit le quartier général des opérations du siège à Charny. Bras devient le centre d’approvisionnement et d’opération des prussiens sur la rive droite, avec un avant-poste au bois Lecourtier à proximité de la batterie de la fontaine du roi de Prusse. Son occupation par une garnison moyenne de 1100 hommes dure cent jours répartis entre le 23 août 1870 et le 26 janvier 1871 (6).

La gendarmerie de Bras inoccupée est réquisitionnée par les prussiens qui établissent leur bureau de télégraphe dans l’une des salles. Venant d’Etain, il passe par Fleury, se dirige sur Charny et Marre pour se raccorder plus loin à une ligne téléphonique allant vraisemblablement sur Versailles. Les habitants de Bras sont requis pour couper des sapins au bois Lemoine, entre le village et Vacherauville, afin d’en faire des poteaux. Puis, ces sapins se trouvant trop courts, ils sont forcés de couper les jeunes et grands arbres qui bordent la route jusqu’à Belleville (7).

La caserne de gendarmerie a subi des dégradations lors de l’occupation allemande. La nouvelle propriètaire, Mme veuve Colson, se plaint par lettre au préfet, précisant que les dommages « chez M. le brigadier, chez M. Michel, chez M. Chaumasse, chez M. Louis et chez M. Vassal se montent à  374,47 francs. » On lui répond que  « la commune de Bras paraissant avoir profité des bâtiments de la gendarmerie pour exonérer de logement militaire une partie des habitants ou du moins pour diminuer les charges de logement, il semble équitable qu’elle prenne à sa charge les dégradations sauf à réclamer ultérieurement un dédommagement au gouvernement français comme tous ceux qui ont souffert de l’invasion ».

Bras-sur-Meuse
15 °C / Ensoleillé
Vent: N de 29 km/h
Humidité: 27%